Le vieux Passay

Le vieux Passay

Ah ! Le vieux Passay ! Si Florian, mon petit frère en avait peur, et se cachait derrière moi, lorsqu’il nous apparaissait au coin de la rue, pour moi, il était une source inextinguible de curiosité, et je ressentais en le voyant un mélange de fascination teintée de peur.
Il faisait partie de notre paysage quotidien, lorsque nous revenions de l’école à pied. Il était là à sa porte, grand dadais dégingandé d’un âge certain, l’œil bleu et pétillant et nous regardait venir, les deux-trois autres enfants qui entamions la pente, et il nous encourageait de sa voix de stentor d’un petit mot rieur: « Ah ! La voilà la bande d’écoliers ! Allez courage Manu ! Et toi la miss ! Allez matelots ! Ho ! Hisse ! Encore un petit effort ! ».
Il finissait par tous nous faire rire, et lorsque nous parvenions enfin à son niveau, lui qui était tranquillement assis à sa porte, nous étions encore plus essoufflés !
Il était surprenant. Parfois il avait des mots ou des gestes qu’on ne comprenait pas bien.
-Viens plus près ! Toi! Renardeau ! lançait t-il à l’un d’entre nous ! Ce qui avait pour effet immédiat de nous faire reculer, et nous repartions un peu plus vite en disant, et en rigolant : – Il est fou ce Passay ! Eh ! Renardeau ! Et ce petit mot inhabituel devenait une balle qu’on se lançait tout le long du chemin. Cela nous faisait passer un peu plus vite le temps, car le chemin était long et pentu !
Le vieux Passay, jovial et bizarre, rigolard et l’œil bleu, très souvent assis à sa porte, ou nous saluant debout avec son accent traînant fut longtemps pour moi une sorte de mystère vivant. Un personnage, qui sortait un peu de l’ordinaire, qui semblait passer beaucoup de temps à ne rien faire, et qui nous régalait de petits mots rigolos.
Ca, c’est un assomme mites ! nous disait t-il pour parler de sa tapette à mouches ! En chœur, nous répétions ‘un assomme mites ! Quoi ? N’importe quoi !’ Nous partions alors d’un rire un peu moqueur, et nous prononcions ce mot avec une sorte d’extase ! Ce mot incompréhensible, qu’il avait juste inventé pour nous, pour nous faire rire ! Tout ça pour que nous passions quelques minutes de plus avec lui !

Petit texte né d’une contrainte d’écriture, et qui a fait resurgir un personnage de mon enfance, dont je ne me rappelle plus le nom.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s